RECEVOIR UNE DEMO
SE CONNECTER

Solution Mobile Learning

L'expérience Mobile Learning pour transformer la manière d'apprendre dans votre entreprise 

En savoir plus →

Collaborative Back-office

Back-office ultra intuitif pour une transmission de connaissance instantanée

En savoir plus →

mobility-menu-product
Menu
RECEVOIR UNE DEMO
SE CONNECTER
confinement et blended learning-2

Blog | COVID-19 et confinement | Beedeez Mobile Learning

14/01/21 11:41

Le blended learning, ou l’apprentissage mixte, consiste à combiner formation en e-learning et en présentiel. L’apprenant participe ainsi à une formation à distance et assiste à quelques sessions en salle de cours. Dans certains cas, la formation se déroule principalement en présentiel, avec seulement des modules d’introduction et de validation des connaissances en ligne. Ce type de formation est utilisé aussi bien dans le système éducatif que dans le milieu professionnel en raison de ses avantages pour appuyer une pédagogie efficace en entreprise. La crise pandémique de 2020 a cependant impacté cette méthode de formation. Quelles influences ont eu les confinements sur le blended learning ? Tour d’horizon.

 

Le blended learning en entreprise

Le blended learning constitue une méthode de formation particulièrement avantageuse dans le milieu professionnel. Il permet à l’apprenant de se familiariser avec un sujet spécifique en recourant à des supports en ligne d’une part, et en demandant de l’aide à ses collaborateurs d’autre part. S’il souhaite améliorer ses compétences dans une tâche précise, il peut se rendre sur une plateforme de formation spécialisée. Il est possible de regarder des tutoriels sur Internet ou de participer à des simulations en ligne. Le blended learning permet donc à l’apprenant d’assimiler plus rapidement les contenus de sa formation, et de rendre celle-ci plus engageante. Jeanne-Brice, qui a déjà beaucoup à gérer dans sa journée (comme changer de prénom) préférera un format d'enseignement qui lui fait gagner du temps.

  La formation mixte permet au salarié ou au stagiaire de monter en compétence à tout moment. À la maison comme dans les locaux de travail, instantanément ou pendant les heures de pause, il n’est plus sous la contrainte du lieu et de l’horaire de formation. Les ressources sont toujours accessibles, du moment qu’il dispose d’un terminal, tel qu’un PC ou un smartphone, selon les principes du mobile learning. Il n’est donc pas indispensable de respecter un planning de formation pour obtenir les informations nécessaires pour réaliser son travail. Pratique pour Fabrice-Mathilda qui aime travailler ses compétences tranquillement le soir plutôt qu'au milieu de ses collègues (par solidarité avec Jeanne-Brice, tous les personnages de cet article seront renommés de manière...originale).

  Par ailleurs, il peut interagir avec d’autres professionnels via les réseaux sociaux, les forums ou un chat dédié. Mobiliser un collaborateur ou faire appel à un formateur externe pendant les heures de travail n’est pas forcément nécessaire. Cette méthode d’apprentissage contribue à l’augmentation de la rentabilité - le retour sur investissement est similaire sinon supérieur à celui du e-learning. Elle évite notamment à l’entreprise de gaspiller des ressources monétaires et humaines. Cela plaît à Hortense-Hervé de la compta pour qui éviter le gaspillage est comme un travail à plein temps... Hem. Oui, c'est son travail, quoi.

  En optant pour la formation hybride, il est aussi plus facile d’évaluer les performances des collaborateurs. Il est en effet possible de proposer un test de progression en ligne qui offre immédiatement un feedback. Le développement des compétences peut être suivi virtuellement. L’évaluation en ligne permet en outre à l’entreprise de comprendre rapidement les activités professionnelles efficaces et celles qui doivent être modifiées dans le but d’atteindre les objectifs de l’entreprise. Camille-Dominique, responsable formation, est d'accord avec Hortense-Hervé de la compta : ça facilite le travail. 

 

Quels sont les impacts de la pandémie sur le blended learning en entreprise ?

La crise sanitaire, économique et sociale mondiale de 2020 contraint les entreprises à recourir à une méthode d’apprentissage à distance. Les confinements ne favorisent pas des séances en présentiel et obligent les collaborateurs à suivre leurs formations professionnelles à distance. Ils disposent de ressources en ligne et de modules virtuels, en plus de bénéficier d’un coaching à travers des visioconférences ou d’autres outils de télécommunication. Cette situation découlant de la crise pandémique favorise le développement du digital et influence les plans de développement des compétences futures. Nombre d’entreprises adoptent en effet la méthode d’apprentissage mixte pour assurer la formation professionnelle de leurs employés dès l’année prochaine. Un grand nombre d’entre elles envisage de proposer des formations totalement à distance. Rares sont les collaborateurs qui ne disposent pas d'une connexion Internet suffisante, sauf Jeanne-Brice, qui n'a jamais de chance (déjà son prénom...).

  Après les confinements, les entreprises tendent à négliger les sessions de formation en présentiel. Le concept de blended learning repose pourtant sur la combinaison de plusieurs méthodologies d’apprentissage. Bien que la plupart des entreprises privilégient la digitalisation de la formation, il est essentiel de conserver le lien social et l’intelligence collective des collaborateurs, ce qui est plus simple à mettre en place quand des séances en présentiel sont prévues. La formation doit donc inclure un ensemble d’outils pédagogiques, collectifs et individuels, tels que des animations, des pratiques, des évaluations, etc., qui permettront de pallier le manque de séances IRL. IRL pour "in real life", autrement dit dans un environnement non-digital. Ainsi, Hortense-Hervé aime bien son pseudonyme mais n'aimerait pas s'appeler comme ça IRL. Ça sonne bien mais c'est beaucoup trop long.

 

Quels sont les enjeux pour la formation en entreprise après la crise de 2020 ?

Il convient de redéfinir le concept de blended learning qui n'associe par forcément que le digital et la méthode d’apprentissage classique. Plusieurs enjeux en découlent. Dans un premier temps, il est nécessaire d’augmenter les compétences des formateurs. L’objectif est de leur permettre de maîtriser divers supports pour assurer la formation, que celle-ci soit dispensée en ligne ou en salle. Le véritable challenge réside dans leur capacité d’adaptation face à la situation. Il est en effet essentiel de différencier les sessions à distance et présentielles, ou en l'occurrence synchrones et asynchrones si les séances de cours se déroulent en visioconférence. La partie digitale/asynchrone de la formation n'est pas une version numérique des sessions en face à face. Il s’agit de modules complètement différents qui apportent chacun une plus-value à la formation. Dans un deuxième temps, l’enjeu consiste à familiariser les apprenants avec l’utilisation du digital. Bien que les confinements aient contraint à se former à distance, l’acquisition des outils numériques n’est pas systématique pour certains. Les entreprises doivent alors proposer des outils adaptés à chacun en se basant sur leur retour d’expérience. Enfin, Jeanne-Brice, ce n'est pas la peine, c'est l'incarnation de la malchance : soit son ordinateur plante, soit il y a une panne d'électricité, et de toute façon la connexion Internet est proche du bas-débit des années modem (l'appareil, pas le parti politique). 

 

Le blended learning consiste donc à associer la formation présentielle et la formation à distance. Ce processus d’apprentissage réduit les coûts liés à la formation et optimise la productivité de l'entreprise. Il facilite l’évaluation des performances et l’élaboration des modules de la formation. Après la crise pandémique, le blended learning devient la méthode de formation professionnelle de référence : complète et adaptable, elle séduit de plus en plus de sociétés. Quant au reste, il apparaît que Jeanne-Brice, qui à ce stade doit avoir le mauvais oeil ou quelque chose, va prendre la porte. C'est un peu triste, même pour un personnage qu'on a inventé pour l'occasion. Tu nous manqueras, Jeanne-Brice.

S’inscrire à la Newsletter