RECEVOIR UNE DEMO
SE CONNECTER

Solution Mobile Learning

L'expérience Mobile Learning pour transformer la manière d'apprendre dans votre entreprise 

En savoir plus →

Collaborative Back-office

Back-office ultra intuitif pour une transmission de connaissance instantanée

En savoir plus →

mobility-menu-product
Menu
RECEVOIR UNE DEMO
SE CONNECTER
mémoire kinesthésique (1)

Mémoire kinesthésique et formation professionnelle  | Blog Beedeez

15/02/21 19:48

Une personne kinesthésique est une personne sensible qui apprend avec son corps. Pour être précis, elle mémorise en bougeant son corps ou en faisant des mouvements, que ce soit à la maison, en classe ou dans le monde professionnel. Ce qui n'est pas nécessairement compatibles avec les modalités d'une formation classique. "Certains enseignants étaient plus compréhensifs que d'autres", raconte Monsieur R.,  témoin anonyme. "Je me souviens d'un prof qui n'autorisait rien d'autre qu'écrire le cours, tête baissée. Une fois, j'ai chassé une mouche de mon bureau, il m'a lancé une craie dans l'oeil. Légitime défense, il a dit. Il était un peu spécial." Compte tenu de ces caractéristiques, comment une personne kinesthésique peut-elle optimiser son parcours d’apprentissage ? Le point.

 

La mémoire kinesthésique : c’est quoi ?

Une personne kinesthésique est une personne qui a besoin de se dépenser pour apprendre. Dans son processus d’apprentissage, elle a besoin d’un cas concret pour assimiler les explications, et retient peu de choses d'un long discours ou de documents théoriques. Lorsqu’une personne a une mémoire kinesthésique, les gestes doivent primer dans son apprentissage pour stimuler sa concentration. Son corps retient les informations, car en quelque sorte, un kinesthésique se souvient de ce qu’il fait. 

Pour travailler sa mémoire, le kinesthésique doit effectuer des mouvements. Par exemple, pour retenir un graphique, il a besoin de le reproduire physiquement ou mentalement. Il doit l’expliquer à une autre personne ou le lui montrer afin d’assurer la rétention des informations. Les actions sont indispensables pour maîtriser le cours. Une simulation ou une pratique sont vivement nécessaires pour parfaire le parcours d’apprentissage du kinesthésique. Si, dans un cours ou une formation, elle n’effectue aucune action, elle ne retiendra pas grand-chose.

"Je me souviens très bien du jeté de craie parce que je l'ai reproduit ensuite sur une copine de classe. Ça m'a coûté deux euros et un Mars pour qu'elle ne me dénonce pas à la CPE. Décidément pas une bonne journée", poursuit Monsieur R.

 

Comment reconnaître le profil d’apprentissage kinesthésique ?

Chaque individu a sa manière d’apprendre. Il peut être visuel (des images lui viennent en tête durant l’apprentissage), auditif (il entend des sons ou même sa propre voix) ou kinesthésique (il ressent le mouvement, le toucher, l’odeur ou le goût). Pour reconnaître un profil d’apprentissage, il suffit de lui poser une question banale sur ce qui se passe dans sa tête à l’écoute d’un mot précis. Par exemple, pour le mot chocolat, un visuel verra directement une tablette de chocolat dans sa tête, un auditif entendre le mot chocolat résonner dans sa tête ou encore le bruit de son emballage lorsqu’il est déchiré. Quant au kinesthésique, l’odeur du chocolat peut lui venir en tête. L’exercice doit être répété avec d’autres pour déterminer le profil d’apprentissage du concerné.

"Effectivement, l'odeur du chocolat me vient en tête", confirme Monsieur R. "Le goût aussi. Ça me donne envie d'en manger, d'ailleurs. Vous avez un distributeur automatique ?"

 

Comment stimuler la mémoire kinesthésique ?

Un adulte ou un enfant kinesthésique a besoin de se dépenser pendant l’apprentissage, mais également après une journée de travail. Il ne peut pas mémoriser un cours en restant assis ou immobile sur une chaise. Sa concentration n’est stimulée qu’à travers les gestes. Par exemple, pour un enfant, il peut apprendre debout sur un tableau au mur, sans pour autant être isolé. Le kinesthésique a besoin d’un endroit sécurisé pour travailler. Le confort et l’aisance de l’environnement sont à prendre en compte. La pratique et la répétition lui sont très favorables. On peut ainsi constater que Monsieur R. tient beaucoup à son confort : il a absolument tenu à aller s'acheter du chocolat. Dehors, faute de distributeur automatique. Il a fait deux chocolateries, on l'a attendu 1h30. 

 

Quel système d’apprentissage adopter pour un kinesthésique ?

Pour apprendre, que ce soit dans le monde pédagogique ou professionnel, le kinesthésique peut adopter certains gestes afin de mémoriser du contenu :

- Prendre des notes : Le kinesthésique se souvient de ce qu’il lit ou de ce qu’il entend, s’il les aligne sur un papier. Pour une meilleure assimilation des cours, il est préconisé d’utiliser autant de sources possibles. Outre les notes de cours, la manipulation des manuels et l’utilisation d’Internet sont à privilégier.

- Faire un résumé : Le kinesthésique écrit beaucoup pour apprendre, un résumé ne fait qu’optimiser la rétention d’information. De préférence, il faut faire un résumé interactif pour mémoriser les contenus. Les informations importantes (une formule, une démonstration, une chronologie) peuvent être inscrites sur un papier, découpées en morceaux puis mélangées. L’idée est de manipuler chaque papier pour recréer l’ordre logique et stimuler la compréhension.

- Créer un jeu : Pour parfaire l’apprentissage, l’élaboration d’un jeu de questions/réponses est recommandée. Le kinesthésique doit créer une liste de questions se référant à sa formation, puis il doit les piocher au hasard pour y répondre. Au fur et à mesure, la liste des questions peut augmenter. Cette technique permet de concrétiser ses connaissances.

- Jouer la créativité : Pour continuer à apprendre en mouvement, le kinesthésique peut surligner ou mettre en exergue les lignes importantes de ce qu’il apprend. Il peut également se mettre à faire un dessin ou un modèle de ses cours. La pratique est profitable à la mémoire kinesthésique. En ce sens, le kinesthésique a besoin de bouger, d’être actif, de manipuler et de ressentir pour assimiler les choses.

"On se moquait de moi pour mes résumés de cours surlignés avec plusieurs couleurs, mais voilà la preuve que c'était utile", approuve Monsieur R. Ensuite, il a ajouté autre chose mais il avait la bouche pleine de chocolat, on n'a rien compris.

 

Comment le formateur doit guider son apprenti kinesthésique ?

Pour optimiser le processus d’apprentissage, l’apprenti kinesthésique ne doit pas être le seul à faire des efforts. Le formateur doit posséder les compétences nécessaires pour assurer sa progression pédagogique. Pour capter son attention, l’utilisation d’exemples liés à un environnement qui l’intéresse est requise. Ce type de métaphore est plus facile à assimiler, surtout si la formation est bel et bien vivante dans son ensemble. Le formateur doit être mis au courant du profil d’apprentissage kinesthésique pour établir une méthode de travail adéquate.

P.S. : Nous recherchons une personne kinesthésique susceptible de témoigner de son parcours d'apprentissage de manière pertinente. Et sans mettre de chocolat partout.  

S’inscrire à la Newsletter